Bienvenue sur NBBC.fr ! Welcome on NBBC.fr !

Heure de St Martin

Site conçu pour Google Chrome et Firefox

AUTRES PAGES HOME PROPRIETAIRES CONTACT NEWS FAXINFO SXM INFO HELP WEBCAMS OTHER PAGES

SOMMAIRE-SUMMARY

mardi 18 juillet 2017

DENGUE, LE RETOUR...?


Plusieurs cas probables autochtones du virus de la dengue ont été recensés aux Antilles et témoignent probablement d'une circulation à « bas bruit » .

Selon le dernier bulletin de veille sanitaire, depuis le mois de mars, des cas biologiquement confirmés de dengue sont signalés dans la Caraïbe, traduisant une circulation autochtone de la dengue dans la zone. Les territoires touchés sont Anguilla, Aruba, Barbade, les Îles Vierges britanniques, Grenade, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, ainsi que les îles Turks-et-Caïcos. Une transmission autochtone de dengue est donc observée dans plusieurs pays de la zone Caraïbe, traduisant un risque d'importation dans nos territoires antillais. Pour rappel, les dernières épidémies importantes, dont le sérotype majoritaire est de type DEN-2, remonte à 10 ans, en Guadeloupe.

Actuellement, la situation épidémiologique concernant la circulation du virus de la dengue est calme sur les territoires des Antilles.

POURSUIVRE LA PROTECTION COLLECTIVE


  • Un cas confirmé de dengue a été diagnostiqué le 5 juillet par le laboratoire du CHU de Martinique. Il s'agit d'un cas importé. Les investigations et mesures de gestion autour du cas sont en cours.
  • Un cas probable de dengue sévère, à Saint-Barthélemy, est actuellement hospitalisé au CHU de Pointe-à-Pitre. Ce cas est en cours de confirmation biologique.
  • Plusieurs cas probables autochtones ont été recensés dans les quatre territoires français et témoignent probablement d'une circulation à « bas bruit » .

Compte tenu de la circulation très faible mais concomitante de la dengue, du chikungunya et du zika aux Antilles, tout cas suspect identifié doit faire l'objet d'une recherche diagnostique des trois virus.
La protection contre les moustiques reste la clé de la lutte contre les arboviroses. En matière de protection collective : la lutte contre les gîtes larvaires, c'est-à-dire la suppression de toute eau stagnante au domicile et autour. Individuellement, se protéger contre les piqûres en privilégiant le port de vêtements longs et clairs et en utilisant des répulsifs.



En savoir + / Source : guadeloupe.franceantilles.fr

Contactez le webmaster sur https://tlk.io/nbbc (c'est nouveau!)
COMMENTAIRES: Si le formulaire de commentaire n'apparaît pas ci-dessous, cliquez sur le titre de l'article... MERCI!


b:include data='post' name='comment-form'/